Pular para o conteúdo principal
Available in Français

La micro-finance et son rôle potentiel dans l'allègement de la pauvreté et le développement en Haïti

Publication cover

La micro-finance et son rôle potentiel dans l'allègement de la pauvreté et le développement en Haïti

Autor institucional: NU. CEPAL-NU. CEPAL. Subsede de México Descripción física: 74 páginas. Editorial: CEPALC Data: agosto 2005 Signatura: LC/MEX/R.881

Descrição

Du résumé exécutif : Puissant outil de développement avec le potentiel d'atteindre les populations pauvres, d'élever leur niveau de vie, de créer des emplois, de créer la demande pour de nouveaux biens et services, et de contribuer à la croissance économique, la micro-finance joue un rôle d'instrument de réduction de la vulnérabilité des pauvres aux chocs économiques. l'industrie de la micro-finance haïtienne comporte des coopératives d'épargne-crédit, des ONG ou fondations, des associations qui ont mis en place des institutions plus ou moins autonomes le plus souvent à partir de projets, et des banques commerciales qui ont ouvert une filiale ou un département spécialisé en micro-finance. Différentes méthodologies sont mises en oeuvre, depuis le crédit individuel pratiqué notamment par les filiales des banques commerciales, jusqu'aux petites mutuelles en milieu rural, en passant par l'épargne-crédit chère aux coopératives. Un client de la micro-finance sur trois est membre d'une banque communautaire, mais 43% de l'encours de crédit est du crédit individuel et 44% est donné par une coopérative d'épargne-crédit. Le prêt moyen distribué est de l'ordre de 220 US $, soit à peine plus que la moitié du PIB du pays par habitant estimé pour l'Année 2002. Sur environ 80 programmes de micro-finance examinés en Haïti, dont une majorité sont des coopératives d'épargne-crédit, seulement environ 10% sont viables ou sont près d'être viables. La plupart comptent moins de 5.000 clients. Au moins 112.500.000 millions de dollars américains sont nécessaires pour atteindre l'ensemble de la population pauvre du pays estimée à 650.000 ménages qui ont besoin de la micro-finance, alors qu'avec environ 800 millions de gourdes, l'industrie de la micro-finance ne concerne aujourd'Hui qu'un maximum de 100.000 personnes.